image

Contexte et enjeux

80% des macrodéchets sont constitués de plastique
en Méditerranée

Les différentes formes de pollutions marines affectent les écosystèmes de par le monde, du plancton jusqu’aux prédateurs supérieurs. L’Homme est en bout de chaîne alimentaire à travers l’exploitation des ressources marines qu’il réalise. Les macrodéchets (les plastiques notamment) représentent l’une des formes de pollution marine massive les plus récentes. Avec environ 80% des macrodéchets constitués de plastique en Méditerranée (1), ce matériau réfractaire représente une pollution redoutable et permanente pour la faune marine et la biodiversité méditerranéenne exceptionnelle.

La diversité en formes et en couleurs du plastique qui le rendent semblable aux proies pélagiques (méduses, céphalopodes, poissons, etc.), sa densité le maintenant dans la couche de surface (la zone d’alimentation d’un grand nombre d’espèces), les temps de dégradation conséquents du plastique, et sa capacité à adsorber les polluants présents en mer et à libérer ses propres composés nocifs, sont autant de caractéristiques qui rendent ce matériau dévastateurs pour les écosystèmes marins sur le long terme.

La communauté scientifique évalue les temps de dégradation de l’ordre de plusieurs siècles, voire du millénaire pour le plastique. Elle soupçonne en outre la persistance infinie dans le milieu des micro-fragments de plastique, faute d’organisme vivant capable de le dégrader intégralement.
Les fragments de plastique invisibles à l’œil nu ont une dimension comparable à celle du plancton. Tout comme les macrodéchets vis-à-vis des prédateurs de grande taille (l’ingestion de débris anthropiques par les cétacés, tortues, phocidés et oiseaux marins est bien documentée 2), les micro-fragments de plastique se substituent aux proies naturelles des organismes planctonophages (3).

Compte tenu des quantités colossales de déchets plastiques arrivés dans l’océan mondial depuis les années 1950, et de la mise en évidence récente de ce phénomène prenant place à la base des écosystèmes, le plastique apparaît désormais comme un vecteur potentiellement majeur de polluants dans les écosystèmes marins. Il joue notamment un rôle dans la bioaccumulation des substances responsables de l’abaissement de la fécondité et des capacités immunitaires des espèces marines. L’impact du plastique a ainsi lieu pas seulement à l’échelle des individus mais à celle des populations. Les experts considèrent que l’effet du plastique sur les écosystèmes marins est probablement sous estimé actuellement, et l’importance relative du phénomène vis-à-vis des autres nuisances restant à être précisée, davantage d’études sont nécessaires pour mieux quantifier l’impact et comprendre la dynamique de cette pollution.

Partant de ce constat, et conscient de la situation particulière de la Méditerranée avec sa biodiversité remarquable et menacée, l’Expédition M.E.D vise à améliorer la connaissance des zones préférentielles dans lesquelles les déchets se concentrent dans la couche marine de surface. Au cours de l’expédition, les quantités de déchets flottants et en suspension sous la surface seront mesurées régulièrement, et de manière plus approfondie dans les espaces protégés abritant les espèces les plus vulnérables aux macrodéchets anthropiques. En tant que plateforme scientifique navigante, le navire du programme permettra de contribuer en parallèle à des études scientifiques portant sur le milieu et certaines espèces marines de Méditerranée.

1- Recommandations pour un plan coordonné de réduction des macrodéchets flottants ou échoués dans les fleuves, les ports,
le littorale et en mer. Rapport du groupe de travail « déchets en milieux aquatiques » pour le Grenelle de l’environnement, mai 2009.
2- Voir par exemple pour une revue des espèces en question :
Laist D.W, 1997. Impacts of marine debris: entanglement of marine life in marine debris including a comprehensive list of species with entanglement and ingestion records. In: Marine Debris. Sources, Impacts, Solutions. J.M. Coe and D.B. Rogers (eds.). Springer-Verlag New York, Inc., pp99-140.
Derraik J.G.B (2002). The pollution of the marine environment by plastic debris: a review. Marine Pollution Bulletin, 44: 842-852.
3- Arthur C., Baker J. et Bamford H. (eds)., 2009. Proceedings of the International Research Workshop on the Occurrence, Effects and Fate of Microplastic Marine Debris, 9-11 septembre 2008. NOAA Technical Memorandum, Washington.