image

Pour une mer sans déchets

la Méditerranée est l'une des mers les plus polluées
au monde !

Au cours de la Journée mondiale des océans en juin 2009 organisée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (P.N.U.E.) et l’Ocean Conservancy, un premier bilan a été réalisé concernant les déchets marins dans les 12 principales mers du monde. Les conclusions du rapport indiquent qu’en dépit des efforts de plusieurs organisations internationales, nationales, régionales visant à juguler les pollutions marines, des quantités alarmantes de déchets solides jetés à la mer continuent de menacer la sécurité des personnes et leur santé, de piéger la faune, d’endommager les équipements nautiques et d’abîmer les zones côtières dans le monde entier. Ce rapport rappelle que « la négligence et l’indifférence se révèlent mortelles pour nos océans et ses habitants ».

Selon ce rapport des Nations Unies, les déchets marins ne cessent de croître et portent atteinte aux océans et aux plages du monde : « Les déchets marins sont caractéristiques d’un malaise plus large, à savoir le gaspillage et la persistance de la mauvaise gestion des ressources naturelles. Les sacs en plastique, les bouteilles et les autres débris qui s’accumulent dans les océans et les mers pourraient être considérablement réduits par l’amélioration de la réduction des déchets, la gestion des déchets et le recyclage ».

Concrètement, en termes quantitatifs, dans tous les océans du monde, on estime que le poids des déchets dépasse globalement les 100 millions de tonnes et qu’en Méditerranée le nombre de déchets atteint plus de trois milliards. La proportion moyenne de détritus en plastique est de 80%. Dans certaines zones de nos océans, il y a six fois plus de plastique que de zooplancton et l’on parle même d’un nouveau continent fait de déchets anthropiques au large du Pacifique. En dépit d’être l’un des dix « points chauds » de biodiversité marine (1), la Méditerranée est pour cette raison notamment l’une des mers les plus polluées au monde !

Outre l’impact à long terme sur la qualité du milieu marin, les déchets de toutes sortes sont une réelle menace pour la faune marine qui est touchée en premier lieu. Dans certaines régions, des centaines de milliers d’oiseaux de mer et des dizaines de milliers de mammifères marins meurent après avoir ingéré des débris marins ou s’y être enchevêtrés. Les plastiques et les morceaux de polystyrène représentent dans ce sens les déchets probablement les plus nocifs. Une fois fragmenté, le plastique est d’autre part absorbé par les prédateurs du plancton. Même lorsqu’il est sous forme microscopique, le plastique libère ses composants et capte les polluants chimiques présents en mer réduisant après ingestion la fécondité ainsi que les capacités immunitaires des animaux.

A terme, par le jeu des chaînes alimentaires, les effets dévastateurs liés spécifiquement au plastique sont susceptibles de s’observer non plus à l’échelle du simple individu, mais à celle des populations et des espèces.

Le moment est venu d’agir. Pour instaurer un véritable changement, il faudra prendre une position courageuse et audacieuse. Il y a des comportements que chacun, partout dans le monde, peut adopter pour faire un changement positif.

1- La Méditerranée représente 0,8% de surface des océans et abrite 8 à 9% de la biodiversité marine mondiale, d’où son statut de point chaud de biodiversité marine.